J'ai rejoint cet atelier d'entretien d'hélicoptère le 2 novembre 1999. 

Mission de l'entreprise : maintenance profonde d'hélicoptères : Grandes visites, visites intermédiaires, dépannages, application de modifications agréées.

Ma mission de Directeur technique : Interface avec les clients, direction opérationnelle, qualité et sécurité, maîtrise des coûts... Dans l'idéal, les grandes étapes de la mission sont les suivantes :

- veille active sur les marchés publics, connaissance du milieu professionnel et proposition d'offre de services aux clients potentiels

- réalisation de devis, de réponses aux appels d'offres, en prenant bien garde à séparer ce qui n'est pas négociable - Consignes de Navigabilité, entretien selon les exigences du manuel - de ce qui est en sus - application des "Notes Techniques" non impératives - viser un objectif réaliste et crédible pour fixer un prix acceptable par le client.

Cette étape, à laquelle j'ai participé à ce poste mais également à Turboméca, me semble l'étape la plus importante du processus. L'essentiel des surcoûts et des litiges sont liées à des imprécisions ou des erreurs à ce stade. Il faut éviter de confondre la demande exprimée par le client avec sa demande réelle. Exemple concret vu en Bureau d'Études : le client exige que les cannelures du démarreur soit lubrifiées par une circulation d'huile. Cette exigence est motivée par la mauvaise tenue des cannelures avec le moteur américain que nous remplaçons. La réponse n'est pas d'accepter cette lubrification, coûteuse à mettre en œuvre dans le cas de notre moteur, mais de démontrer que sur plus de trois millions d'heures de vol, le problème ne s'est jamais posé sur notre turbomoteur Arriel.

- signature du marché, du contrat

- réception du matériel, état des lieux, émission de réserves éventuelles

- mise en œuvre du protocole agréé, contrôle de qualité et de performance en cours de chantier

- Contrôle final interne

- livraison au client, contrôle final en sa présence.

Plus généralement, l'optimisation de l'organisation de l'atelier a été pour moi un objectif majeur, dont la pertinence a sauté aux yeux suite à un incident sérieux signalé par un client. L'amélioration de la qualité du travail en prenant en compte les erreurs passées et en essayant d'anticiper les erreurs futures est un soucis de chaque jour.

Ma principale réussite : moins de 15 jours avant de quitter mes fonctions, j'ai obtenu le satisfecit de notre plus gros client externe pour les progrès réalisés en six mois, au niveau de la qualité du travail.

Autre réussite : avoir su remotiver un mécanicien que le Directeur Général voulait licencier à cause de sa "molesse". Au bout de six mois, ce même DG s'est réjoui en ma présence des progrès de ce jeune mécanicien.

Enfin, par l'étude détaillée des contrats nous liant à notre plus gros client externe, j'ai fait rentrer assez de recettes supplémentaires pour payer mon propre salaire.

Retour au CV

27

Le premier vol du prototype BK117 équipé du turbomoteur Arriel 1E2

Photo : Michel Plantier 1989. Tous droits réservés.

 Retour au CV