Ce travail est de loin celui que je préfère. Il implique une excellente connaissance du matériel testé et de son environnement.

Dans quel but réalise-t-on l'essai ? Quels sont les objectifs à atteindre ? J'ai souvent fixé moi-même ces objectifs, sur la base d'exigences réglementaires et de savoir-faire d'entreprise. J'ai parfois eu la chance de travailler avec un ingénieur d'essai venu du CEPr de Saclay, et ce furent, je crois, des échanges fructueux. J'ai parfois établi mon programme d'essai en réponse à une demande de bureau d'étude spécialisé (démarrage temps froids, lois de régulations particulières).

Ces objectifs imposent les conditions de l'essai : modes de fonctionnement (régimes pour un moteur), environnement (température, injection d'eau, rupture d'arbres, problèmes d'interface...), instrumentation de la machine, instrumentation des interfaces entre la machine et son environnement.

Le dépouillement doit être rapide : tant qu'une machine est sur son banc d'essai, on peut vérifier une mesure douteuse, on peut approfondir un point du programme d'essai. De ce point de vue, l'idéal est le dépouillement en temps réel. Mais le dépouillement "à tête reposée" est indispensable. Une excellente connaissance du sujet est vitale : on doit pouvoir rapidement décider de libérer le banc d'essai, que d'autres machines attendent probablement, mais on ne doit pas déposer une machine si un court essai est nécessaire pour obtenir définivement le résultat recherché.

 

Retour au CV