J'ai travaillé quelques années comme ingénieur-Conseil. Il est assez probable que, dès septembre 2014 (à moins que, d'ici-là j'aie trouvé un emploi salarié conforme à mon attente), je me relance dans une activité indépendante, destinée à remplacer rapidement mon activité actuelle d'enseignant. Je suis motivé dans ce projet par deux points majeurs : 

- la conviction de répondre à un besoin, en particulier en matière de sécurité produit et en matière de rédaction de spécifications.

- le désir de créer mon propre emploi.

Sécurité produit

En mars 2014, je parle de mon projet avec Monsieur D.B, ingénieur indépendant. Je souligne le fait que l'un de mes deux savoir-faire spécifiques est l'étude de sécurité, globale, de la conception à l'utilisation quotidienne. Sa réponse : "Il y a du boulot, on est encore à l'âge de pierre". Alors si on est à l'âge de pierre, je me propose de participer au progrès technique en la matière, pour passer au moins à l'âge du bronze.

En effet, l'Étude de sûreté et de sécurité, basée sur les savoir-faire en matière d'AMDEC, répond à la nécessité pour un producteur de livrer un produit exempt de risque pour le client final. En cas d'occurence de problèmes en service, l'expertise suite à défaillance et les actions connexes font partie de mes savoir-faire.

Rédaction ou relecture de spécifications :

En mai 2014, les médias d'informations nous rapportent les problèmes liés à l'inadaptation des nouveaux trains TER achetés par certaines régions aux quais existants. Le traitement de l'information laisse entendre qu'il y aurait eu une erreur technique. Après étude, il apparaît que l'erreur vient simplement d'un désaccord sur le financement du coût, prévu ab initio, de la mise aux normes UIC des quais existants. Cette mise aux normes devra se faire, quoi qu'il arrive, la seule question est : qui doit payer ?

Cet exemple met en valeur l'un de mes savoir-faire : la relecture de spécifications. C'est ce qui m'a permis en 1999 de faire gagner à mon employeur un peu plus que ce qu'il m'a payé sur 7 mois. C'est ce qui m'a permis, dans le même cadre, de réduire le coût des chantiers pour l'un de nos plus gros clients.

J'ai participé en de nombreuses occasions à l'écriture de spécifications techniques. Mes premières expériences en la matière étaient pénibles mais formatrices : les nombreuses heures perdues pour faire vivre un programme malgré des spécifications mal écrites - par d'autres - m'ont fait comprendre l'importance de la clarté. Plus tard comme co-rédacteur de spécifications, mes deux soucis principaux étaient d'anticiper les problèmes prévisibles et d'éviter les ambiguïtés, sources de problèmes futurs. J'ai acquis en ce domaine un réel savoir faire, que je désire mettre à la disposition des entreprises de la Région Rhône-Alpes.

Retour au CV